Confinement à The Witterings   par  Tricia Robertson   –   début juin 2020

 Boris Johnson a informé les habitants du Royaume Uni du « LOCKDOWN » = CONFINEMENT le mardi 24 mars, juste une semaine après que la France ait été confinée.

On a demandé aux Britanniques de rester chez eux afin de contrôler le virus et protéger le National Health Service (Service National de Santé). On nous a demandé de ne sortir que par nécessité : travail, achats essentiels et une fois par jour pour faire de l’exercice et prendre l’air. Nous avons été chanceux parce qu’il a fait beau et parce que la plupart des habitants de The Witterings ont un jardin. Marcher ici est un plaisir avec la plage à quelques pas, sans touristes.

Au début, dans les magasins, les étagères ont été vides, les habitants ont paniqué. On ne voyait ni rouleaux de papier toilette, ni gel hydro alcoolique, ni savon dans les rayons. Les routes étaient désertes et les bus vides en raison du télé- travail. Les écoles ont été fermées et aucune célébration pour Pâques n’a eu lieu.

Nos façons de vivre à la maison ont changé : les enfants ont utilisé les ordinateurs et la télévision pour leurs cours. Ils font leurs exercices à 9h avec Joe Wicks à la télé.Ils ont appris à cuisiner avec leurs parents, et sont sortis faire des promenades l’après- midi. « Les chiens ont fait tellement de promenades que leurs pattes se sont raccourcies. »

Les adultes sont devenus fous d’activité physique, jamais il n’a été vendu autant de matériel sportif sur internet. Toute la journée, ils marchent, courent ou font du vélo. Les ventes d’alcool ont augmenté. Beaucoup de familles se sont mis à la pâtisserie si bien que la farine est devenue rare. Entre voisins, les commandes en drive ont été groupées ainsi une seule personne se déplaçait au magasin avant de faire la distribution. Dès le début de la crise, beaucoup de magasins locaux ont fait des livraisons à domicile, ce qui a bien rendu service aux personnes isolées chez elles. Maintenant des rencontres- vidéo sont organisées par Zoom (internet) pour le travail ou la convivialité. Des quizz  et des cérémonies de funérailles ont aussi été organisés ainsi.

Tous les jeudis soirs à 20h nous sortons dans la rue applaudir les personnels soignants, le service national de la santé…, ce qui nous a permis d’apprendre à connaître des voisins inconnus jusqu’à présent.

Quand nous sortons, nous respectons la distanciation (2 mètres minimum) mais sur la plage nous voyons beaucoup d’amis s’arrêter et discuter ensemble.

Dans mon jardin personnel, nous avons une ancienne cabine téléphonique qui était vide, elle est devenue un lieu d’échanges de livres et de puzzles. C’est devenu très populaire.

 

Nous voyons rarement d’avions et de trainées blanches dans le ciel et nous constatons que des animaux sauvages : chèvres, porcs et moutons reviennent dans certains centres villes devenus calmes. 

Les règles se sont un peu allégées et nous voyons plus de voitures s’approcher de la plage bien que le parking soit toujours fermé. Il n’y a plus d’emplacements pour stationner, alors les voitures viennent devant nos maisons malgré les interdictions. Nous apprécierons la ré-ouverture du parking de la plage dans quelques temps.  Nous avons appris à faire la queue à l’extérieur des magasins et supermarchés en restant polis et sympathiques. Les jardineries ont rouvert leurs portes et nous pouvons acheter plants et plantes pour nos jardins.

Ce qui a été le plus difficile pour nous, c’est le fait de ne pas voir nos familles. Nous n’avons pas encore pu voyager pour voir nos petits- enfants. Nous avons le droit de faire un tour à pied accompagné d’une personne (hors foyer) en respectant les 2 mètres. Les salons de coiffure n’ouvriront que le 4 juin si bien que certains d’entre nous coupons les cheveux du conjoint ou faisons nos colorations, d’autres laissent les cheveux pousser et quand nous sortons, nous sommes obligés de porter un foulard comme la Reine !

L’essence est bon marché mais nous n’en avons pas besoin !

Nous sommes tristes et inquiets pour les gens qui travaillent dans les pubs, les restaurants, les hotels … et ceux qui organisent les évènements de l’été, ils vont souffrir même si nous pouvons nous réjouir des aides du gouvernement en cette période.

Les personnes malades et âgées doivent s’isoler quelques semaines de plus.

Nous pouvons ressentir de l’espoir pour l’avenir. L’esprit de solidarité a grandi et nous sommes plus soucieux les uns des autres. Nous sommes prêts à rendre service.

Nous  avons du respect et de la gratitude pour tous  les travailleurs qui ont aidé la nation à sortir de la crise : les docteurs, infirmiers, ceux qui nettoient, les agriculteurs qui font des livraisons à domicile, les vendeurs, caissiers ou agents d’entretien et beaucoup d’autres Nous espérons que nos vies vont reprendre normalement.

Une chose est sûre c’est que nous avons la chance de vivre dans un si beau cadre de vie ici à The Witterings.

Tricia Robertson, habitante de The Witterings 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *