Aujourd’hui, nous vous partageons le mot de Mireille, présidente du jumelage en Angleterre. D’autres articles paraîtront dans quelques jours…
 
Bonjour du Royaume -Uni!
Je devrais dire d’Angleterre car depuis quelques jours chaque ‘nation’ (Écosse, Angleterre, Pays de Galles, Irlande du nord) a des règles différentes. C’est difficile pour la majorité des Français qui souvent pensent que l’Angleterre est le pays au nord de la Manche = English Channel, donc canal anglais, alors ces 4 ‘nations’ forment le pays Royaume-Uni.
Dès la mi-février, les infos nous bombardaient d’images effrayantes en Italie et en Espagne C’était comme si ce canal anglais serait un obstacle au virus. Boris était bien content d’avoir réussi à faire signer le Brexit fin janvier, il est parti en vacances pour finaliser son divorce, se fiancer avec sa compagne et annoncer l’arrivée d’un bébé fin printemps. Les Britanniques ont vu la France déclarer le confinement et ce n’est que le 23 mars, après avoir reconnu que l’opinion publique voulait aussi ce lockdown, que le confinement a commencé. Notre comité devait se retrouver le 24 mars pour discuter de notre prochaine visite à Moutiers et préparer une fête au Cricket Club pour renflouer nos fonds. Comme nous sommes tous ‘d‘un certain âge’, cette réunion avait déjà été annulée et nous n’étions pas encore habitués à Zoom. Nous communiquons fréquemment par téléphone mais nous n’arrivons qu’à nous poser des questions quant à notre prochaine rencontre avec les Moutierrois. Brittany Ferries ont fermé leur contact téléphonique, les quelques bateaux qui traversent la Manche ne transportent que du frêt. Nous sommes déçus, nous en parlons, mais nous verrons….
Dans nos villages, les 2 écoles primaires ont fermées sauf pour les enfants de travailleurs essentiels. Les restaurants et les pubs sont fermés, les supermarchés ont été dévalisés la semaine précédant le confinement, un paquet de paracétamol qui coûtait moins d’un euro se vend à 10€ dans nos pharmacies, quand on en trouve ! Le cabinet médical a des mesures strictes avec un interphone pour rentrer, les portes étant bloquées. La majorité des consultations se font par téléphone, les ordonnances étant envoyées directement à la pharmacie. Le parking de notre très belle plage est fermé depuis la ruée le 21 mars quand 7000 voitures sont entrées, anticipant le confinement et voulant profiter du beau temps. Les résidences secondaires se sont remplies.
 
Heureusement, le site ‘Nextdoor’ se mobilise pour donner des renseignements locaux, une liste de volontaires est établie. Les voisins s’entraident et font les courses pour les plus agés. Les bouchers et les maraichers livrent à domicile. Le pub The Lamb fait des plats préparés à emporter. Nous sommes glués aux infos, discutant avec voisins en gardant nos distances. Même les Londoniens qui ont fui pour venir – illégalement – profiter de leurs résidences secondaires discutent avec nous puisqu’ils ne peuvent pas vraiment inviter leurs amis comme avant. Nous n’avons pas eu de restrictions trop strictes. Nous avons le droit de sortir pour faire de l’exercice et faire des courses. Nous n’avons pas besoin de papier permission et il y a peu d’interventions par les gendarmes qui demandent gentiment aux gens de ne pas se bronzer sur la plage. Les habitants font de la marche, le soleil brille et les rues ainsi que la plage sont devenues des lieux de rencontre, les gens se reconnectent car peu sortent du village. Nous avons tellement de chance d’habiter dans un si beau site. Les camionnettes de livraisons à domicile sont les rares véhicules. On fait des quiz ou des régates virtuelles. Mais peu à peu, les règles sont de moins en moins observées.
Le 8 mai est un jour férié pour la première fois en GB. On ne va pas rater l’occasion de célébrer le VE (victoire en Europe), surtout pendant le confinement. Les drapeaux sont sortis, chacun prend le thé devant sa maison, on marche dans les rues pour admirer la présentation devant chaque cour ou jardin et bavarder tout en respectant les distances.
On voit surtout des drapeaux du Royaume Uni, quelques drapeaux français ou des messages codés avec drapeaux de signalisation internationaux.
 
Depuis mercredi, nous ne sommes plus obligés de rester chez nous pour sauver le NHS. Nous devons être vigilants. Les Fish and Chips ont rouvert, mais pas les cafés, les restaurants ou les magasins. Nous avons le droit d’aller aussi loin que nous le désirons pour faire de l’exercice et prendre l’air juste pour la journée. Nous pouvons rencontrer un ami à l’extérieur en respectant nos distances. Cela en Angleterre seulement, car en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, on doit toujours rester chez soi pour sauver le NHS. 4 ‘nations’ du Royaume Uni ne peuvent se mettre d’accord ! Nous admirons l’Europe et la coopération entre pays membres. Mais la presse est aussi divisée sur le relâchement du confinement qu’elle l’a été sur Brexit.
 
Mireille
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *